Comment nous avons progressé en photo grâce au voyage

"Avant, nous prenions des photos. Maintenant, nous photographions". C'est probablement avec cette formule plus pompeuse qu'une ventouse à chiotte qu'on signerait la quatrième de couverture d'un bouquin nous étant dédié.

Blague à part, notre road trip aux États-Unis a profondément changé la manière dont nous appréhendons la photo. On dispose tous deux d'un reflex depuis plusieurs années, mais nous n'en avons jamais rien fait.

On se contentait d'immortaliser des moments de voyage. On n'a jamais réfléchi en termes de composition, de prise de vue, et encore moins de réglages. Il y a encore quelques mois, pour nous, la Golden Hour c'était l'heure de l'apéro. 

Un jour, tout a changé. Je ne saurais trop me souvenir du déclic, mais j'ai ressenti l'envie soudaine de me perfectionner dans ce domaine.

Alors j'ai commencé par regarder des vidéos sur YouTube. Un type très bien, qu'un ami m'avait d'ailleurs conseillé. Il est un peu forceur sur l'autopromo (il a écrit des bouquins et vend des formations photo), au point parfois qu'il fasse très vendeur de tapis, mais il est clair et amusant. Il s'appelle Laurent Breillat, et on s'est bouffé toute sa série de vidéos en une soirée.

Il y a encore quelques mois, pour nous, la Golden Hour c’était l’heure de l’apéro. 

On est ressortis de ce visionnage avec une seule envie : appliquer toutes ces nouvelles connaissances. Ça y est, nous avions le pied à l'étrier.

Progresser en photo = se faire plaisir

À partir de cet instant, la courbe de progression était visible de semaine en semaine. Nous sommes fiers des résultats que nous obtenons, et pouvons désormais affirmer que — contrairement à ce qu'on a longtemps cru — il ne faut pas un matériel de dingue pour prendre de bonnes photos.

Ah, et à ceux qui répondront "oui, mais il faut avoir l'oeil du photographe", je rétorquerai que ça se travaille.

Tout ce petit laïus pour vous dire qu'on peut progresser en photo de manière dingue en quelques semaines. Mais le plus important dans tout ça est d'apprendre à comprendre votre appareil photo.

Sérieusement, vous ne trouvez pas ça un peu con de pas saisir la moitié des informations affichées sur l'écran de votre appareil ? 

Ces infos, vous les aurez en regardant la série de (courtes) vidéos ci-dessus. Je vous assure qu'une fois digérées, ces infos vous permettront d'appréhender avec beaucoup plus d'aise ce que vous faites avec votre matériel. 

Nos premières photos

La légende veut que j'ai séduit Mélissa avec la promesse de lui montrer des photos de péniches. À ce jour, elle ne les a toujours pas vues, mais il s'avère que ce sont bien là les premières photos que j'ai capturées avec mon 700D flambant neuf. 

Voilà à quoi elles ressemblent.

C'est terne (en même temps il faisait un temps très ... parisien), c'est cadré avec le cul, la mise au point est aléatoire, et c'est terne. Oh, et remarquez cette superbe symétrie entre les deux poubelles sur la troisième. 

C'est pas grave. Il faut être honnête avec son travail

À cette époque, je shootais en JPG (évidemment), en mode priorité à l'ouverture (AV, ou A). Petit con, je prenais déjà les gens de haut en me disant que je n'utilisais pas le mode Automatique comme tout le monde.

Super. Reste que je n'avais aucune foutue idée des différences concrètes entre ces modes. 

Nos dernières photos

Les gens qui me connaissent savent que la patience n'est pas mon fort. Pourtant, je parviens à m'y restreindre en photographie. J'évite de plus en plus de me jeter sur une scène comme les premiers arrivants du Black Friday fondent sur les écrans plats.

Je la regarde, et surtout j'imagine l'image que je souhaite obtenir à la toute fin. Comprendre : après traitement.

J’évite de plus en plus de me jeter sur une scène comme les premiers arrivants du Black Friday fondent sur les écrans plats.

Parce que oui, je vous encourage toutes et tous à retoucher vos photos. Je ne vous parle pas d'en faire des aberrations multicolores ultra saturées dignes de la dernière collection Desigual. Je parle d'en raviver les détails, et de soit : 

  1.  Reproduire à son plus proche une scène que vous avez vécue, mais que votre appareil n'a pas su capturer
  2. Retranscrire une ambiance, en modifiant plus en profondeur une image, l'éloignant ainsi de sa réalité, mais en lui ajoutant un petit bagage émotionnel

Non seulement retoucher vos photos va vous permettre de sortir des images que vous prendrez plaisir à partager, mais cela va aussi vous servir à prendre de meilleures photos au départ. 

De l'importance du post-traitement

Travailler sur l'image, ça vous force à comprendre ce qu'est un bon cadrage (pour vous, pas selon je ne sais quelle règle qu'il faudrait suivre). Trier ses photos et les traiter vous permet de comprendre plus avant comment vous y prendre pour ajuster vos prises le jour suivant.

C'est grâce à cela que je peux tirer profit de toutes les connaissances acquises au cours des derniers mois. 

Mon conseil ? Commencez à shooter en RAW dès maintenant. Et si vous n'osez pas franchir le pas, la plupart des caméras permettent dorénavant d'enregistrer en RAW et en JPG. Vous aurez ainsi une version prête à l'emploi pour le traditionnel diaporama des photos de vacances chez mémé, et une autre pour vous amuser en post-traitement.

Dans la suite de cette série d'articles, je vais vous parler du matériel que l'on utilise pour nos prises de vue, puis de notre routine en ce qui concerne le post-traitement des images.

Et toi, la photo, ça t'a pris comment ?

Pétrin Express

 
 

Tu es sur Pinterest ?
Épingle-nous avec amour !

 Progresser en photo en un mois ? C'est possible ! Viens, on t'explique.