On the road #1 : entre Washington et Columbia

Puisque l'intitulé même d'un road trip sous-entend de faire de la route, on va te raconter nos journées à engloutir des kilomètres de bitume dans des articles à part. Et voici le premier épisode !

Aux USA, il est tout à fait normal de tourner à droite à une intersection, même quand le feu est rouge. Et on en prend très vite l'habitude, crois-moi !

On a loué une voiture ! Un peu lassés de traîner nos valises de bus en bus pour nous déplacer, et surtout avides de découvrir les alentours des villes à notre guise, on a craqué. À nous la liberté, à nous les grands espaces, à nous la chevelure au vent au milieu du désert ! En fait, non. Plutôt à nous les autoroutes à 6 voies de chaque côté, les coups de stress aux intersections parce que les feux se trouvent de l'autre côté de la route et les "Ça fait combien, 65 miles par heure en kilomètres ?".

Oui, bon, il faut avouer que la côte Est, du moins entre Washington et Columbia, ne fait pas autant rêver que la route 66. Mais quand même ! On se sent beaucoup plus libres de nos mouvements et un peu plus dans l'esprit road trip.

Petit point Dominique Chapatte : on a signé un contrat de location de 11 jours avec la compagnie Alamo, pour une petite citadine type Mitsubishi Mirage. SAUF QUE ! Arrivés à l'aéroport pour récupérer la voiture, on a eu la bonne surprise de pouvoir choisir notre véhicule dans le parking. Du coup, on a pris une Twingo.

Non je déconne (désolée maman, je sais que tu es déçue), on a embarqué dans une Hyundai Elantra flambant neuve, toute équipée  (Apple CarPlay c'est la vie !), boite automatique et tout et tout. Les rois du pétrole !

Je vous passe les petits moments à base de "Pourquoi ça sonne ça ?", "Et pourquoi ça clignote là ?", "Comment on fait pour brancher ce truc ?", et nous voilà partis ! Le trajet de la journée est le plus long des jours à venir : 170 km entre Washington D.C et Richmond, 250km de plus pour pousser jusqu'à Raleigh et enfin 260km pour arriver à Charlotte, où l'on passe la nuit.

Le GPS a un accent anglais qu’on peut couper au couteau.
Au couteau à pain même !

En gros, on a passé la journée dans la voiture. Mais c'était chouette, et une fois la signalétique et les règles de conduite américaines assimilées, c'est que du bonheur ! On a également bien rigolé quand on a entendu la voix du GPS pour la première fois : il a un accent anglais pire que le mien.

Tu peux le couper au couteau, et pas au couteau à beurre hein, plutôt un bon gros couteau à pain des familles.

Raclette Richmond

Nous avons donc fait notre premier stop à Richmond(j'ai eu le bonheur d'avoir le jingle de la raclette Richesmonts dans la tête pendant toute la promenade. Mais si, tu sais, "Raclette Richesmonts... Richesmonts... Richesmonts..." en écho. Non ?) pour manger un morceau. Un peu au hasard, on s'est arrêtés au Garnett's Cafe... et on a bien fait (pour une fois) ! Un décor rustique, des sandwichs énormes : tout ce qu'il nous fallait pour reprendre des forces.

Pas du tout pressés pour repartir, on s'est promenés dans les environs et on est partis à la recherche des différentes fresques de street art du Richmond Mural Project. On est même tombés sur une oeuvre de D*Face(artiste que j'adore et dont on avait déjà vu une fresque à Brooklyn #fangirl).

Richmond, ses fresques et ses maisons colorées

Le soleil se couche avant notre arrivée à Raleigh, on fait donc l'impasse sur la visite de la ville et on s'arrête juste pour manger et se dégourdir les jambes avant de reprendre la route. Parce qu'il nous en reste, de la route à faire ! Quasiment 2h30 avant d'arriver à Charlotte et pouvoir souffler.

Puisqu'il faut bien passer le temps, on redevient des enfants et on joue au ni oui ni non, auquel j'ai gagné en beauté ("Tu vas perdre" "Tu vois bien que non". Boom, mic drop). D'ailleurs dis moi, comment tu occupes tes gosses pendant un trajet en voiture ? C'est pas pour moi hein, c'est pour une amie.

 

On s’est trompés de maison...

Exténués, on arrive enfin à Charlotte : amen, alleluia, happy hanukkah ! Petit fail de fin de journée (parce qu'il en fallait bien un), on s'est trompés de maison. On a tourné pendant 5min avant de se rendre compte qu'on était pas du bon côté de la rue.

Et je peux te dire qu'on a fait fissa pour rentrer, parce qu'on a tous les deux regardé assez de films américains pour savoir que rôder autour d'une maison en pleine nuit avec des lampes torches, c'est pas très bien vu ! On se fait discrets et on file se coucher dans un lit tellement haut qu'il me fallait presque un marche pied pour grimper dessus.

Au réveil, on peut enfin faire connaissance avec nos hôtes, Erin et Jimmy. La discussion fût brève, mais on a récolté quelques recommandations de lieux, fait une photo polaroïd à épingler sur leur mur et papouillé Charla, leur chienne aussi mignonne que grassouillette (comme moi à la fin du road trip à force de manger des frites).

Moi dans 3 cheeseburgers

En avant, roulez jeunesse, nous voilà de nouveau sur la route ! On the road again, comme ils disent. On fait rapidement le tour de Charlotte, et on se dirige (sur les recommandations très avisée de la maman de Pierre, coucou Brigitte !) vers Greenville. Et comment te dire que Greenville, elle porte bien son nom ! Une rivière et quelques chutes d'eau traversent un parc, il y a des écureuils : on est contents.(Il en faut peuuuu, pour être heureuuuux)

Après un rapide arrêt au The Chocolate Moose, un café logé à l'intérieur d'une bibliothèque, on repart (sans rien acheter, promis !).Cap sur Columbia !

 

On rencontre un ours, ça tourne mal.

Alors, Columbia... Que dire ? Pas grand-chose, en fait. De jour comme de nuit, la ville ne nous a vraiment pas émerveillé. On n'a pas trop creusé, et on a préféré partir se perdre au Congaree National Park, et ce pour trois raisons :

  • Après plusieurs grosses villes, on avait envie de voir un peu de nature;
  • On ne savait pas quoi faire d'autre;
  • Sur leur site, il est dit qu'on peut voir des loutres.

Si tu nous connais un minimum, tu sais qu'on est un peu concons avec les animaux (cf. Boulette et Croquette à Washington), et les loutres sont dans le top 5 des bestioles qui nous font couiner. Nous voilà donc partis pour la journée, les sacs sur le dos et les objectifs prêts à traquer de la boule de poils.

Bon, tu t'en doutes, on n'a pas vu ne serait-ce quel'ombre d'une moustache de loutre. Que dalle. Niet. Par contre, on s'est perdus dans les bois, on a marché 15km dans la forêt et on s'est fait grogner par une bestiole BEAUCOUP plus grosse qu'une loutre. On ne sait pas ce que c'était, on est restés plantés en équilibre sur un tronc comme deux radis dans un potager et on a fait demi-tour sans demander notre reste.

tumblr_nbgzhrzFHX1r9h79ho3_500.gif

Pierre et moi, essayant de se convaincre qu'on allait pas se faire bouffer par une bête sauvage.

Le bilan de ce premier trajet en voiture est donc un peu mi-choco. Columbia est une ville qu'on aurait complètement pu zapper au profit de quelques jours de plus à Charleston (on t'en parle bientôt, c'est l'étape suivante et on a adoré !), mais le reste était génial. On a tellement aimé avoir une voiture qu'on envisage de prolonger la location jusqu'à Miami !

Ils avaient raison : l'important c'est le voyage, pas la destination.

Mélissa