Les dessous de San Francisco

De San Francisco, l'avant-dernière ville de notre périple, on en attendait beaucoup. Malheureusement, comme on te l'a dit dans notre article sur Los Angeles, on était usés des grandes villes et on ne rêvait que d'une chose : retourner nous perdre dans les parcs nationaux.
Nous sommes restés 4 jours dans la Fog City, et rien à faire, ce ne fut pas le coup de coeur espéré ! On a tout de même déniché des coins cool, on te raconte ?

On avait autant de classe qu’un trappeur et on sentait le bouc

Il faut savoir qu'avant d'arriver à San Francisco, on avait passé plusieurs jours à crapahuter dans les parcs de Yosemite, Sequoïa & Kings Canyon. On avait donc autant de classe qu'un trappeur, et on sentait pour ainsi dire le bouc. La première chose qu'on a faite en arrivant au Airbnb fut donc de brûler laver nos vêtements et prendre une douche pour retrouver un semblant de civilisation.

Chinatown | San Francisco

On logeait au sud de la ville, on a donc dû prendre la voiture pour aller manger et découvrir les environs. Les parkings coûtant un rein et trois poumons, ce fut l'occasion de dégainer notre appli Best Parking, qui nous a emmené tout droit à Chinatown.

Après un rapide check des bars à proximité, on se décide à aller s'exercer au lever de coude au Benjamin Cooper, petit bar caché non loin d’Union Square. Les cocktails avaient l'air délicieux, l'ambiance chaleureuse et la déco canon, mais on ne pourra pas vous le confirmer. 

 

 

Pourquoi ? Tout simplement parce qu'au moment de commander, on s'est aperçus qu'on avait laissé le portefeuille dans la voiture. Soit à environ 30 minutes de marche. On est donc partis en douce, histoire de ne pas se taper la honte auprès du serveur, et on est rentrés au parking la queue entre les jambes (il n'y a que moi qui trouve cette expression tendancieuse ?).

Le butin récupéré, on cherche donc un restaurant pour pouvoir enfin se poser. Les parkings coûtant toujours un rein et trois poumons, hors de question de bouger la voiture. On jette donc notre dévolu sur le Wayfarer Tavern, situé à quelques minutes de là. Des cocktails bien dosés (= chargés à mort sans que tu ne le sentes) et un poulet frit plus tard, on rentre s'écrouler.

Il pleut sur la ville...

À ce moment du voyage, on avait déjà deux mois de road trip dans les pattes, et sincèrement on était en baisse de régime. Los Angeles nous avait épuisés, on était au bout du rouleau, aussi bien physiquement que moralement. 

Au bout du rouleau de PQ de ta vie

Quand on se réveille le lendemain, il pleut à verse, et on ne se motive à sortir du lit qu'à 15h. On reprend notre cher Goethe pour nous diriger cette fois sur Market Street. Le reste de la journée fut dédié à survivre, à base de café et de cuisine thaï au Kitchen Story (qu'on vous recommande fortement d'ailleurs !)

 

Le matin suivant, il pleut. Encore. Mais cette fois-ci, ce n'est pas grave parce qu'on a un truc suuuper cool de prévu : on va visiter Alcatraz. On a préféré une visite le matin pour goûter un peu à l'ambiance mystique de la prison, et on a adoré. Cette visite mérite largement un article à part entière tant elle était chouette, c'est pourquoi je vais te demander un tout petit peu de patience, il arrive très très vite ! 


Une fois de retour sur la terre ferme, on file déjeuner au Beach Chalet, au bord de l'océan. Et ce resto mes petits potes, c'est une pépite ! On a mangé un boeuf bourguignon (coucou les copains bourguignons) du tonnerre, avec une vue de dingue sur la mer déchaînée en face de nous. Il n'a pas cessé de pleuvoir, on se perd donc dans ce qui est désormais ma boutique préférée au monde : Barnes & Noble, le nirvana de la librairie. En chemin, la fatigue et le bout du rouleau aidant, on a un peu craqué. Enfin, quand Pierre a les nerfs qui lâchent, il chante.

 

Petit aperçu de ce qu’ont été nos trajets en voiture pendant trois mois

 

Let the sunshine in

Pour la première fois depuis notre arrivée à San Francisco, on se réveille avec les rayons du soleil, et sacrebleu ça fait du bien au moral ! On se bouge donc rapidement jusqu'au fameux Pier 39 et ses otaries, aussi bruyantes que choupi. On a même le droit à un arc-en-ciel surréaliste au-dessus d'Alcatraz qu'on aperçoit au loin, mais comme on est des blogueurs en carton on a oublié de prendre une photo potable. 

Les lions de mer du Pier 39 | San Francisco

Le coin était très touristique, pour ne pas dire le plus touristique de la ville, on s'éloigne et trouve refuge au Tipsy Pig, un adorable resto avec une arrière-cour ensoleillée. Il est temps de faire nous aussi touristes et d'aller voir une partie des emblèmes de la ville : direction les Painted Ladies d'Alamo Square !

Painted Ladies | San Francisco

Alors. En soi, elles sont jolies ces petites maisons victoriennes, elles dénotent avec les gratte-ciel en toile de fond, et le parc est super agréable. Mais on a sincèrement eu l'impression de passer à côté de quelque chose, on n'a pas trouvé ça aussi impressionnant que ce qu'on avait lu auparavant. On a été beaucoup plus excités de voir un corgi courir dans le parc à chien en face (non en vrai, on était SUREXCITÉS par ce corgi, on est des grands malades).  

 

On s'est ensuite enfoncés dans le Mission District, réputé pour son street art (ma grande passion). C'est également le quartier le plus ancien de San Francisco, aménagé à l'époque par les Espagnols.

On a donc déambulé dans les rues jusqu'à la tombée de la nuit. S'en suivit un fail alcoolisé de plus : on voulait absolument tester le Trick Dog, bar à cocktails aussi classieux que recommandé. Tu t'en doutes bien, on n'était pas les seuls à avoir eu cette idée. Après avoir passé l'étape du videur like a boss, on s'est retrouvés dans une pièce bondée, aussi compressés que dans la ligne 13 du métro parisien à 8h du matin.

On a vaguement tenté de batailler pour attraper une carte, ou ne serait-ce que de capter l'attention d'un serveur, avant de rendre les armes. D'un commun d'accord, on s'extirpe tant bien que mal de cette marée humaine pour retrouver un tant soit peu d'oxygène.

On finira la soirée dans le pub d'en face à enquiller les bières, et on ne va pas te le cacher, le retour de cette soirée fut quelque peu brumeux (non en fait c'est le trou noir complet).

Sign of a serious hangover...

Flowers in your hair

Dernier jour à San Francisco, et au fond de nous c'est un petit soulagement de se dire qu'on va à nouveau quitter les grandes villes pour un bon moment.

Tout n’est que couleurs, street art et odeur suspectes

Pour terminer ce séjour, on passe la matinée à Haight Ashbury, l'ex-quartier hippie toujours très folklo. Dans les rues, tout n'est que couleurs, street art, odeur d'encens (et plus si affinités) et personnes loufoques : on a adoré ! 
Il règne une joie de vivre palpable, et tout est peace & love, ce quartier est un véritable cliché qui fait remonter SF dans notre estime. 

Cet article se termine bientôt, et tu dois te dire qu'il manque un truc non ? Un grand truc orange, en métal, plutôt célèbre... 
Bingo, le Golden Gate Bridge ! 

Après une dernière après-midi à crapahuter dans les rues (et qu'est-ce qu'elles grimpent leurs rues... Bien contents d'avoir arrêté de fumer avant de partir !), on s'est rendu à Fort Point, l'un des spots les plus connus pour admirer le pont. 

Étonnement, il n'y avait pas énormément de monde, et pas un seul pan de brume à l'horizon : le coucher de soleil parfait. Et puis , on doit l'avouer, même si ce n'est "qu'un pont" il reste très impressionnant, surtout vu d'en bas. 

Petit point le saviez-tu :

  • Le Golden Gate Bridge est orange à cause de la peinture anti corrosion utilisée pour le protéger du temps humide et changeant de la région;
  • Plus de 20 000 litres de peinture sont nécessaires chaque année à son entretien;
  • Mis bout à bout, tous les câbles du Golden Gate feraient trois fois le tour de la Terre.


C'est déjà la fin de notre séjour à San Francisco, entre baisse de régime et jolies découvertes. On en gardera tout de même un bon souvenir (meilleur que Los Angeles), mais l'appel de la nature était plus fort ! 

On n'était pas du tout prêts pour ce qui nous attendait ensuite.

Alors, vous, préparez-vous : on vous emmène dans l'Oregon, l'Idaho et le Montana, soit les états les plus sauvages et nos préférés de tout le road trip...

 

 
 

Mélissa

 
 

Tu es sur Pinterest ?
Épingle-nous avec amour !

 Que faire à San Francisco pendant 5 jours ? Restos cool et spots obligatoires