Irlande du Nord : sur les traces de Game of Thrones

C'est parti pour la suite de nos aventures irlandaises ! Après avoir écumé la côte Ouest, nous voici aux portes de l'Irlande du Nord. Au programme : de la forêt touffue, une grotte humide et de grosses colonnes de basalte. Oui, c'est toi qui a l'esprit mal placé.

Ce matin, réveil aux aurores : un peu moins de deux heures de route nous séparent de la Chaussée des Géants, mais la journée s’annonce longue. Lorsque l’on quitte notre logement, il fait encore nuit et la pluie tombe à grosses gouttes.

Après une petite demi-heure de route, le passage de l’Irlande à l’Irlande du Nord se fait sans encombre : à vrai dire, on n’y a même pas fait attention. Aucune frontière, quelques rares panneaux cachés entre les arbres, mais rien de plus (on en reparle après le Brexit hein). On s’attendait à quelque chose d’un peu plus formel : un poste de contrôle, des douaniers, une fouille du véhicule et des gants en latex qui claquent au moins ! Un léger traumatisme de notre passage entre le Canada et les États-Unis peut-être ?

Les paysages ne changent pas, c’est toujours aussi sauvage et les routes sont toujours aussi étroites : la voiture a déjà quelques rayures, alors une de plus ou de moins… Soudain, on aperçoit la mer au loin : nous voilà arrivés à La Chaussée des Géants.

Giants Causeway

Pour une fois, on était organisés : on avait réservé nos billets en ligne quelques jours avant, histoire de ne pas se retrouver le bec dans l’eau (et à mon avis, elle doit être plutôt froide l’eau ici !). Bon, il se trouve que les billets ne sont pas obligatoires pour accéder au site, mais seulement au parking et au centre d’informations. Mais ça évidement, on ne l’a appris que sur place :)

Pas de regrets tout de même, puisque le centre abrite une exposition permanente qui permet de mieux comprendre la formation du basalte et retrace l’histoire de la Chaussée des Géants, une boutique débordante de boules à neige, moutons miniatures, magnets et autres produits dérivés, et surtout… des toilettes (oui, j’ai une petite vessie).

On a trouvé où étaient tous les touristes d’Irlande

Bonne nouvelle : la pluie a enfin cessé et le ciel se dégage. Mauvaise nouvelle : on a trouvé où étaient cachés tous les touristes d’Irlande.

Si le reste du pays est désertique en cette période de l’année, la Chaussée des Géants fait figure d’exception : des cars de touristes remplissent le parking et les navettes sont prises d’assaut.

Qu’importe, après tout, on est aussi des touristes ! On décide donc de rejoindre le site à pieds, et après une dizaine de minutes de marche, nous y voilà enfin. Et tout ce qu’on peut dire, c’est que la Chaussée des Géants, ça envoie du pâté.

Juge par toi-même :

Chaussée-des-géants

Hexagone sans règles

Avant de continuer, il me semble important de te raconter la légende de la Chaussée des Géants. Au centre d’informations, il est possible d’emprunter un audio guide pour la visite, et je te le recommande vraiment ! Alors oui, tu n’es pas au top de ton look avec ton boitier de la taille d’une télécommande autour du cou et tes oreillettes tout droit sorties d’un plateau TV des années 90, mais au moins tu apprends des trucs.

La légende raconte donc que deux géants, Finn MacCool l’Irlandais et Benandonner l’Écossais voulaient se castagner sévère. Seulement, problème : impossible pour l’un comme pour l’autre de prendre un bateau pour se déplacer, rapport au fait que ce sont des géants et qu’ils auraient fait couler le rafiot. (Et comme les géants étaient écolos avant l’heure, hors de question de prendre l’avion.)

Alors, qu’est-ce qu’on fait ? On abandonne la bataille ? Que nenni ! Finn MacCool a donc retroussé ses manches et a construit une chaussée entre l’Irlande du Nord et l’Écosse à l’aide de colonnes de basalte hexagonales : la Chaussée des Géants avait vu le jour.

Les colonnes de basaltes de la Chaussée des Géants

Les colonnes de basaltes de la Chaussée des Géants

En gaélique, la Chaussée des Géants (Giants Causeway in english) se prononce "Clochán na bhFómharach". À tes souhaits.

Finn MacCool ayant la flemme de traverser la mer et souhaitant jouer à domicile, ce fut a Benandonner de se déplacer, et donc d’emprunter la Chaussée des Géants. Seulement voilà, pas de bol pour MacCool, Benandonner était beaucoup plus grand et plus fort que lui ! Il avait les chocottes, MacCool. Pour éviter de se retrouver veuve avant l’âge, sa femme eut une idée de génie : elle le déguisa en bébé (le mec n’avait donc clairement plus aucune fierté).

Quand Benandonner débarqua chez Finn MacCool pour lui coller une rouste et qu’il aperçut le “bébé”, il prit peur : si le rejeton de MacCool avait cette taille, il n’osait même pas imaginer celle du père ! Il prit donc ses jambes à son cou, et pour être certain que Finn MacCool ne le poursuivrait pas, il détruit la chaussée derrière lui.

Moralité : c’était en fait deux gros froussards qui voulaient juste faire un concours de celui-qui-a-la-plus-grosse. Prenez-en de la graine, Booba et Kaaris.

Pour les plus terre à terre d’entre vous, voici une explication un peu plus scientifique quant à la création de la chaussée : elle résulterait en fait du refroidissement d'une éruption volcanique il y a un peu plus de 60 millions d’années.

Perso, je préfère la version des géants, qui est quand même bien plus cool !

It’s Karma, bitch

Après toutes ces émotions, il était temps pour nous de… manger. Comme d’habitude. On s’est donc dirigés vers la petite bourgade de Portrush, à quelques kilomètres de la Chaussée des Géants. Il n’y a rien de spécial à Portrush. Rien. Sauf, une chose : le Tilly’s.

Le Tilly’s, c’est un café bobo-hipster-choupi comme on les aime : ils font des cafés latte avec des dessins dessus et il y a des plantes quoi. MAIS, parce qu’il y a un twist, c’est également un café dog friendly : c’est-à-dire que la première photo sur Tripadvisor, c’est un chien.

Il m’a regardé, je l’ai regardé, on s’est regardés...

Tu commences à nous connaître, ça s’est passé exactement comme ça : j’ai montré la photo à Pierre, il m’a regardé, je l’ai regardé, on s’est regardé… Et on a filé directement à la voiture pour rejoindre ce paradis sur Terre.

Une fois sur place, on se rend compte que ce n’est pas à proprement parler un café à chiens comme on les connaît, mais un café normal où tous les propriétaires sont invités à venir avec leurs compagnons à poils (moi j’avais que Pierre sous la main, mais ils nous ont quand même laissés entrer).

On s’est donc rempli le ventre jusqu’à n’en plus pouvoir, en couinant à chaque fois qu’un chien franchissait la porte. Vu de l’extérieur, on devait avoir l’air de parfaits psychopathes. Tout était parfait (tellement parfait qu’on n’a pas pris de photos).

Tu te doutes bien que ça n’a pas duré.

 

Le karma dès qu'on s'éclate un peu trop

 

Entre deux bouchées de scone, le téléphone de Pierre sonne : “Tulutu ! “ (Note ma superbe imitation de la sonnerie d’un téléphone). Je vois son visage se décomposer, j’imagine le pire, panique à bord, les femmes et les enfants d’abord (quelle connerie ça d’ailleurs… On devrait dire “Les femmes et les chiens d’abord” ! Bref.)

On vient de recevoir un SMS de Ryanair : notre vol de retour, censé être deux jours plus tard, est annulé. Voilà, c’est tout, démerdez-vous ! À ce moment, je crois que j’avais encore la moitié de mon scone dans la bouche, je devais donc ressembler à une sorte de hamster abasourdi.

Le temps de comprendre ce qu’on devait faire, tous les vols du même jour étaient complets (on est un peu longs à la détente, que veux-tu…). Pas le choix, on devait donc décaler notre retour et reprendre une nuit à Dublin. C’est cher Dublin, surtout quand tu réserves deux jours à l’avance. Qu’importe, on fera la tournée des bars un jour de plus ! Ruinés pour ruinés, autant en profiter.

Sur la route, on est tombés sur ce château tout droit sorti de Game of Thrones (après le passage d’un dragon, certes). Excellente transition pour la prochaine partie de cet article !

Irlande-du-nord-6.jpg

Tu ne sais rien, Jean Neige !

L’Irlande du Nord, outre ses idées rétrogrades en matière d’avortement, est connue pour abriter plusieurs lieux de tournage de la série Game of Thrones : “Tu, Tu, Tututu, Tu, Tututuuuuu” (je suis aussi très douée pour les imitations de générique. N’hésitez pas à faire appel à moi pour vos soirées blindtest.)

Après une rapide recherche sur les internets mondiaux, on est tombés sur The Dark Hedges (ouuuuuh ça fait peur). N’ait crainte petit scarabée, ce lieu n’a de dark que le nom. C’est en réalité une grande allée bordée d’arbres, ma foi plutôt impressionnante, juge par toi-même :

Irlande-du-nord-7.jpg

Le lieu a donc été rendu célèbre par la deuxième saison de Game of Thrones, ATTENTION SPOILERS, lorsqu’après l’exécution de Ned Stark, Arya quitte King’s Landing. Elle emprunte donc the King’s Road, déguisée en garçon, pour fuir la capitale et éviter de se faire trucider : c’est à cette occasion qu’on peut voir The Dark Hedges à l’écran.

Alors tu t’en doutes, comme tous les lieux de tournage d’une série ou d’un film célèbre, l’endroit est pris d’assaut. Si comme nous tu n’as pas envie d’avoir moult gens sur tes photos de vacances, pro tip : la pause longue, c’est magique.

La route est désormais fermée à la circulation et une petite quinzaine de minutes à pieds suffisent pour la parcourir, mais l’ambiance fait qu’on prend notre temps.

On essaye de ralentir un peu le rythme et de profiter vraiment de l’endroit, pour ne pas juste prendre une photo et cocher une case sur la liste des choses à voir.

Puis, il commence à pleuvoir : l’ambiance mystérieuse c’est bien, mais il ne s’agirait pas d’être trempés jusqu’aux os pour la fin de la journée. On repart donc, direction Belfast, notre point de chute de la journée.

Sur la route, on s’arrête sur un autre lieu de tournage de Game of Thrones : Cushendun Caves. Ici, pas un chat à l’horizon, ni âme qui vive, on se demande même si on est au bon endroit.

Toujours dans la saison 2, c’est dans ces grottes vieilles de plus de 400 millions d’années qu’on y voit Melisandre donner naissance à l’Ombre, créature peu ragoûtante qui ira zigouiller Renly (paix à son âme, petit ange parti trop tôt). De quoi vous donner envie d’une ligature des trompes immédiatement.

Irlande-du-nord-9.jpg

Belfast, capitale du crime

L’arrivée à Belfast se fait en fin de journée. Nous avions prévu deux jours dans la capitale de l’Irlande du Nord, et avions réservé deux nuits chez Alex, dans un Airbnb en périphérie de la ville. Enfin, périphérie, tout est relatif. À notre grande surprise, Belfast est une ville assez petite, et nous étions à seulement 20 minutes à pieds du centre-ville ! Après avoir papouillé Valentina, le chaton beaucoup-trop-mignon-pour-être-honnête d’Alex, nous sommes donc partis explorer Belfast à pied.

Petit rappel du contexte : nous sommes vendredi soir, il est 20h. On s’attendait donc logiquement à voir les rues bondées de monde et les bars pleins à craquer. Que nenni ! On a croisé à peu près autant de monde qu’à Cushendun Caves : c’est à dire pratiquement personne.

Les rues étaient désertes, et beaucoup de bars ou de restaurants étaient fermés. Pourtant on en avait trouvé un qui nous collait parfaitement à la peau :

Si les rues étaient vides de passants, elles étaient, pour mon plus grand plaisir, remplies de street art ! Un bon moyen de redonner un peu de vie et de couleurs à cette ville qu’on a trouvé un peu triste au final.

Le temps passant et les ventres gargouillant, on s’est mis en quête d’un endroit où manger. Et tu le sais, on est faibles. Des proies faciles pour le marketing. Alors, autant pour les cafés de hipsters, généralement ce sont de bonnes adresses et on en ressort contents, autant cette fois, on a été des gros, GROS pigeons.

IMG_9617.JPG

La nuit tombe, et une enseigne attire notre regard : des néons roses fluo et une déco industrielle nous font de l’oeil et nous invitent à pénétrer dans l’antichambre de l’enfer, j’ai nommé Pizza Punks.

Grosse, grosse, grosse erreur. Pizza Punks, c’est le genre de resto qui veut avoir une image cool, mais qui en fait est simplement une chaîne. Pour le côté punk, on repassera !


Le principe est simple : tu peux soit choisir ce que tu mets sur ta pizza (sooo rebel !), soit prendre une des recettes « originales » de la maison. Pierre et moi étant assez nuls pour associer des ingrédients (c’est-à-dire qu’on a envie de tout mélanger ensemble et qu’à la fin c’est pas bon), on décide de faire simple et de prendre une pizza déjà existante.

Irlande-du-nord-16.jpg
Capture d’écran 2019-09-18 à 10.32.06.png

Et là, ne me demandez pas pourquoi, j’ai décidé de prendre une pizza nommée «Messy Mexican», à base de cheddar, poulet fajitas, oignons rouges, poivrons (attend c’est pas fini), piments, crème fraiche, guacamole et le clou du spectacle… DES CHIPS TORTILLA. Sur la pizza, oui.

De son côté, Pierre n’avait pas été plus raisonnable. Si mes souvenirs sont bons, il avait choisi une pizza majoritairement composée de piments.

Oui, avec le recul, je trouve ça également très con. Une quatre fromages, c’était bien aussi. C’est donc écoeurés de notre propre bêtise et l’estomac en feu que nous sommes rentrés nous coucher.

Goodbye Belfast !

Avant de quitter Belfast, et l’Irlande du Nord, nous avons fait un passage obligatoire au Titanic Museum. À défaut d’y entrer, on a préféré faire un tour sur le port et admirer les navires à quais. Le temps est toujours gris, et la ville nous paraît toujours aussi triste. On décide donc de partir un peu plus tôt que prévu, et de longer la côte pour rejoindre Dublin, point final de ce road trip.

Sur la route, on tombe sur un phare, le St John’s Lighthouse. J’aime beaucoup les phares. Et celui-ci d’autant plus qu’il sortait de nulle part, et qu’il était jaune, tout comme la veste de Pierre. La vie et ses coïncidences, c’est fou quand même !

On s’est donc lancés dans une séance photo improvisée, au milieu des rochers, sous l’oeil un peu moqueur des rares habitants du village d’à côté. Que veux-tu Michel, on est Instagrameurs ou on ne l’est pas ! (Ironie spotted)

L’arrivée à Dublin s’est faite dans la soirée, et le programme était clair : après avoir fait le tour de l’île, on allait faire le tour des bars. Mais ça, on te le racontera dans un autre article… Probablement dans un an vu notre rythme de publication.

C’est pas qu’on procrastine, c’est qu’on aime tenir nos lecteurs en haleine.

Bisous.

v

Mélissa

Tu es sur Pinterest ?
Épingle-nous avec amour !

 
L’Irlande du Nord, terre de mystères : entre forêts mystiques, grottes magiques, Chaussée des Géants et ville fantôme.