San Diego : couchsurfing chez les surfers

Ça fait un petit moment qu'on n'a pas écrit d'article sur notre road trip américain. Le dernier c'était Las Vegas (où on te raconte comment on s'est mariés) et il date de février ! Mais entre temps si tu n'as pas suivi, on est rentrés en France, et on a fait une refonte complète du blog qui nous a pris pas mal de temps. Bon, je nous cherche peut être des excuses, c'est vrai.

On arrête de tergiverser, t'es prêt ? On t'emmène à San Diego, première ville de la West Coast de notre périple. Et tu vas voir que si l'on n'en attendait rien, la ville a été un de nos plus gros coup de coeur ! (J'ai l'impression de dire ça à chaque article, et pourtant c'est vrai) 

Avant d'arriver à San Diego, on voulait absolument passer par la Vallée de la Mort. C'est qu'on avait commencé à developper une addiction aux parcs nationaux (et aux tampons sur les passeports, il faut l'avouer) et qu'elle était sur notre route. Pourquoi s'en priver ?

On est donc partis assez tôt le matin pour profiter de la journée et pouvoir visiter un peu Death Valley avant de prendre la route pour la côte.

La veille, nous avions regardé l'itinéraire pour rejoindre San Diego : le GPS nous annonçait 4h de route. C'était parfait, on aurait donc le temps de faire plusieurs arrêts dans la vallée et surtout de s'arrêter dans la ville fantôme de Rhyolite, située à quelques kilomètres de l'entrée de Death Valley.

Evidement, ça ne s'est pas passé comme ça.

Ville fantôme & vallée morte

Nous sommes donc partis le matin, tout guillerets,(la team mots désuets, vous êtes là ?) explorer la ville abandonnée. Enfin, abandonnée oui, mais pas déserte pour autant ! En effet, la ville abrite plusieurs oeuvres d'art pour le moins... intrigantes !

Parmi elles, tu peux retrouver "Sit here", un canapé en mosaïque réalisé par Sofie Siegmann, une statue de 8m de haut de Dr. Hugo Heyrman, "Lady Desert : The Venus of Nevada", faite de parpaings et représentant une femme stylisée en pixels, ou encore d'étranges silhouettes de fantômes : "The Last Supper" & "The Ghost Rider".

Ces dernières sculptures ont été réalisées par Albert Szukalski, un artiste belge. Pour obtenir cet effet fantomatique, il a tout simplement enveloppé des modèles vivants dans de grands draps recouverts de plâtre.

Sur place, tu peux également voir une maison dont les murs sont entièrement constitués de bouteilles en verre. Son propriétaire, Tom Kelly, devait avoir une sacrée descente. Enfin, pas de quoi se vanter, je suis sûre qu'avec toutes les binouzes qu'on descend avec Pierre, on pourrait construire un Taj Mahal de la Chouffe

 

Après une bonne heure à crapahuter, on s'est dit qu'il fallait quand même penser à se mettre en route et enfin entrer dans la Vallée de la Mort. Direction le Visitor Center ! Il devait être à peu près midi, on décide donc de se poser pour manger et regarder quels trails étaient à proximité.

Douche froide dans la Vallée de la Mort

Par curiosité, on regarde combien de temps de route il nous reste jusqu'à San Diego. Et là, patatras.

On tablait sur 3h, confiants : le GPS nous annonce 6h de route. La douche froide ! (Remarque, dans la Vallée de la Mort, ça ne peut qu'être bénéfique. La team humour pourri, elle est là aussi ?).

En gros malins que nous sommes, on n'avait pas du tout prévu que la Vallée de la Mort nous ferait faire un énorme détour ! 

On se résout à écourter la visite, (d'autant plus que nous sommes attendus à San Diego pour la fin d'après-midi, mais je t'en reparle juste après) et le seul stop que nous ferons sera Zabriskie Point. Un des points de vue les plus célèbres de Death Valley. 

Zabriskie Point | Death Valley

La température la plus haute jamais relevée dans la vallée de la Mort (et également sur Terre), est de 56,7 °C le 10 juillet 1913 à Furnace Creek. Qué calor!

Alors, si tu te poses la question, les températures en hiver ne sont pas insoutenables.

Il fait évidement bien plus chaud que la moyenne, mais rien à voir avec les 40° et plus ressentis en été !

LA TRIBU DE DANA

On a donc tracé tout droit jusqu'à San Diego, parce que, je te l'ai dit, on était attendus ! Si tu te souviens, dans notre article sur Washington, on t'as raconté que pendant notre soirée de Thanksgiving, nous avions rencontré Denis, dont la soeur Dana vivait à San Diego.

Il nous avait proposé de la contacter pour loger chez elle en Couchsurfing. Après quelques échanges, le deal était conclu. Hors de question pour nous donc d'arriver à une heure trop tardive : Dana nous hébergeant gratuitement, nous ne voulions pas la déranger. 

Avant de continuer, il faut que je t'avoue un truc. On n'était pas super sereins avant de débarquer : c'était notre première expérience en Couchsurfing. On ne savait pas vraiment à quoi s'attendre.

Couchsurfing si tu ne connais pas, c'est une plate-forme qui met en relation des voyageurs et des gens qui proposent de les héberger gratuitement, dans pratiquement toutes les villes du monde.

Le principe fondateur, c'est l'échange, l'entraide et le partage : à aucun moment on ne parle d'argent. Alors bien évidement, tu peux te fier aux commentaires des précédents couchsurfers pour te faire un avis sur la personne, mais tu ne sais jamais vraiment sur qui tu peux tomber (ceci dit, c'est pareil pour Airbnb !).

En bons Français que nous sommes, on avait évidement des appréhensions : comment des gens pourraient-ils nous héberger gratuitement sans rien attendre en retour ? 

Spoiler : parce qu'il y a des gens réellement altruistes sur Terre, ouaip, et Dana en fait partie. 


Notre voiture à peine garée, Dana est sortie de chez elle pour nous accueillir, tout sourire, en nous faisant de grands signes. Le temps de déposer nos affaires dans la chambre, et nous avons fait la connaissance de sa fille Deborah et de son copain, qui étaient en train de ranger les décorations de Noël.

Dana nous propose des bières, et on discute un bon moment de notre parcours, de nos précédentes étapes et du fait de voyager au long cours. Elle nous explique que c'est la première fois qu'elle accueille des gens via Couchsurfing, mais qu'elle avait toujours voulu le faire sans pour autant se lancer. Une première pour tout le monde du coup ! 

Ils ont déjà mangé, mais ils proposent de nous emmener dans un de leur restaurant favori : nous voilà donc entassés à 5 dans la voiture de quelqu'un qu'on ne connait que depuis 1h mais avec qui pourtant on se sentait déjà très bien !

 
 

Sur le chemin, sa fille nous pose multitude de questions sur la France : comment sont les facs, est-ce que tout le monde voyage comme nous, et surtout... "Est-ce que vous avez des Mcdo en France ?!".

Sa compassion quand on lui a appris que oui, nous avions des Mcdo, mais que c'était le fastfood le plus populaire en France nous a bien fait rire. Il faut dire qu'une fois que tu as goûté les Jack in The Box, Shake Shack et compagnie, ton Bigmac n'a plus la même saveur. 

Vous connaissez le guacamole en France ?

Je ne sais pas comment les Américains imaginent la France, mais la serveuse du resto mexicain où nous avons mangé s'est donnée à fond pour nous expliquer ce qu'était le guacamole, au cas où on ne connaitrait pas.

J'avoue qu'on s'est bien retenus de rire, mais l'attention était plus que touchante. On a donc mangé des tacos à faire pâlir les fans de cette antichambre de l'Enfer qu'est O'Tacos, et on est rentrés dormir pour digérer tout ça. 

cabrillo lighthouse

Le lendemain matin, nous sommes partis en même temps que Dana et avons pris la direction de la côte pour un petit dej' au Cottage La Jolla.

On a ensuite profité d'être à côté de la plage pour prendre environ un demi million de photos des surfers présents.

 

Ces gens me fascinent. Quand tu les regarde, ça à l'air tellement simple ! Moi, si je faisais du surf, je ressemblerai plutôt à ça :

 

Après Martine à la mer, Mélissa fait du surf !

 

On a donc passé le reste de la matinée dans le quartier d'Ocean Beach, et plus précisément à Sunset Cliffs, avant de nous diriger vers le National Monument Cabrillo Lighthouse.

À vrai dire, on ne savait pas qu'il existait. Comme d'habitude on s'est pointés là par hasard, et c'était magnifique. Situés dans les hauteurs de San Diego, ce monument est, comme son nom l'indique, un phare !

C'est d'ailleurs un des emblèmes de la ville depuis 1854. À noter qu'il fait partie des parc nationaux. Donc si tu as le pass America The Beautiful, il est inclus dans la liste des parcs que tu peux visiter.

Depuis le sommet, on a une vue imprenable sur la ville et la baie. En hiver, on peut d'ailleurs observer les baleines grises pendant leur migration.

Bon, nous, on a bien cherché, mais pas l'ombre d'une miette de queue de baleine à l'horizon ! Est-ce qu'il pouvait en être autrement, connaissant notre chance avec les bestioles ? A-t'on vraiment besoin de te rappeler notre échec avec les loutres de Congaree ? 

ALLÔ HOUSTON ?

Balboa Park | San Diego

Le reste de l'après-midi sera dédié à la visite du quartier de Cresthill, du parc Balboa (une merveille !) et du Seaport Village.

Le soir venu, nous avons envoyé un message à Dana, pour lui proposer de boire une bière ensemble. On s'est donc retrouvés au Gordon Biersch, un de ses bars préférés.

Et, comme la veille, nous avons passé la soirée à discuter (la bière aidant beaucoup à passer la barrière de la langue : tant pis pour les fautes de syntaxe !). Dana nous a appris qu'avant de revenir à San Diego, sa ville natale, elle travaillait à Houston, au Texas. Devine où ? 

 

 

 

Allez je t'aide : "Allô Houston, on a un problème !". 

Tu l'as ? Oui, Dana a bossé pour la NASA en tant qu'ingénieur en aéronautique, rien que ça.

On été impressionnés, clairement !

Apparement, c'est de famille puisque tous ses enfants sont également des têtes. Médecins ou ingénieurs, de génération en génération. Ça se pose là en terme de badasserie hein. 

En rentrant, on a fait un polaroïd avec elle, histoire de garder un souvenir indélébile de cette rencontre (te moque pas de mon écriture d'enfant).

 

Le lendemain matin, nous devions déjà reprendre la route, et les adieux ont vraiment été émouvants. On a partagé tellement de choses avec Dana en deux jours, alors qu'on ne se connaissait pas, qu'on avait l'impression de dire au revoir à un membre de notre famille (et franchement j'exagère à peine).

Elle nous a ouvert la porte de sa maison sans rien savoir de nous, et on l'a quittée le coeur lourd. Mais on note, Dana, parce qu'on sait que tu liras cet article, "Vous serez toujours les bienvenus à San Diego", et on espère vraiment te revoir un jour. À San Diego, à Paris, ou ailleurs ! 


Et nous revoilà sur la route, après presque deux mois à cavaler de ville en ville, d'état en état, de découverte en découverte.

Prochaine étape ? Los Angeles ! Et si on avait su ce qui nous y attendait, on aurait très certainement rallongé notre séjour à San Diego ! Mais patience, je te tease juste le prochain article...

(Si tu veux vraiment un avant goût, tu peux aller lire l'article qu'on a écrit pour Périple )

 

Mélissa

 

Tu es sur Pinterest ?
Épingle-nous avec amour !

 Deux jours improvisés à San Diego, la capitale du cool !